Print

Une contribution financière significative

2009-11-06

Le ministère des Affaires économiques des Pays-Bas, en confirmant une subvention, complète le financement du programme de recherche. 

La ministre des Affaires économiques, Maria van der Hoeven, a décidé de faire une contribution majeure à la Energy Delta Gas Research (EDGaR). Il s’agit d’une contribution de dix millions d’euros tirée du programme de compensation pour la non-réalisation d’une ligne ferroviaire le long de la Zuiderzee. L’automne dernier, la Samenwerkingsverband Noord-Nederland (SNN) a confirmé dix millions d’euros supplémentaire du Fonds européen pour le développement régional. En outre, la province de Groningen a garanti deux million d’euros. 

EDGaR est un consortium national de recherche dirigé par le Centre de recherche du delta de l’énergie de l’université de Groningue. Il combine les connaissances et l’expertise dans le domaine du gaz aux Pays-Bas pour travailler à un avenir fondé sur les énergies durables. EDGaR souhaite devenir un centre international d’excellence dans le domaine du gaz et des énergies renouvelables. 

Partenaires

Les partenaires d’EDGaR incluent Gasunie, Kiwa Gastec, les compagnies de distribution Enexis, Liander et Stedin, les universités de Groningue, de la Hanze et de Delft, ainsi que ECN. Le conseil d’entreprise sera dirigé par Roelf Venhuizen, ancien directeur général de la Nederlandse Aardolie Maatschappij. GasTerra s’est joint récemment à EDGaR. Les partenaires possèdent un programme innovant dans lesquels ils investiront 22 millions d’euros. Avec un total de 44 millions d’investissements, EDGaR est le plus grand programme de recherche sur le gaz et les énergies durables en Europe. 

Du gaz aux énergies durables

L'accent mis sur les énergies renouvelables a peu été combiné avec les connaissances sur le gaz qui sont disponibles aux Pays-Bas. EDGaR établit un lien entre les mondes du gaz et des énergies renouvelables de manière à faire avancer le plan d’un avenir fondé sur les énergies durables avec le gaz. 

Le passage d’une qualité unique à une qualité multiple du gaz. Le gaz naturel classique disparaît avec la venue des nouvelles qualités de gaz telles que le biogas, l’hydrogène, le gaz synthétique, les mélanges de gaz et les flux de dioxide de carbone. Tout cela mène à un monde fondé sur plusieurs sortes de gaz. 

Les systèmes énergétiques du futur. On a séparé jusqu’à ce jour le développement et la durabilité des systèmes du gaz et de l’électricité. EDGaR travaillera sur les liens entre les deux secteurs. Cela résultera par un gain d’efficacité. Cela permettra enfin à un usage optimal des sources d’énergies renouvelables dont les schémas de production demeurent imprévisibles, telles que le solaire et l’éolien. 

Les changements des marchés du gaz. L’internationalisation est un concept-clef de ce troisième thème. Il y a une attention croissante à propos de la dépendance des pays étrangers et de l’internationalisation des marchés et de la sécurité des approvisionnements. EDGaR a l’ambition de développer des innovations dans un contexte international, de manière à rehausser les capacité d’exportation de l’industrie du gaz des Pays-Bas. 

Le but du programme de recherche est de débuter les activités de recherche le 1 janvier 2010. 

Par Bert Wiersema (traduit du néerlandais par Jean-François Auger)